Dans l’ensemble, il est indéniable que le nouvel iMac M1 24 pouces est un superbe produit. Il s'agit d'une mise à jour considérable et qualitative par rapport à ses prédécesseurs, et qui prépare le terrain pour les futurs modèles.  

Toutefois, bien que nous vous recommandions d'en acheter un plutôt que n'importe quel autre iMac, il n’est pas vraiment à la hauteur de nos attentes... Nous expliquons les six raisons de notre petite déception.

Sa puce M1, ni plus ni moins 

Comme prévu, le nouvel iMac a reçu une dose de silicium Apple, et nous ne doutons pas qu'il sera incroyablement rapide, surtout par rapport au précédent modèle Intel Core i3.  

Mais alors que nous espérions qu’il dispose d’un système sur puce améliorée avec des allocations de RAM et des vitesses plus élevées, il s'agit finalement du même processeur M1 que celui des MacBook, jusqu'aux options GPU à 7 et 8 cœurs.  

Cela est probablement suffisant pour ces iMac, mais à l’avenir nous ne dirions pas non à davantage de puissance de traitement et graphique, sans parler de la mémoire.

Son écran fixe

L'écran Retina 4,5K de l'iMac M1 est certainement très performant, avec une gamme de couleurs étendues P3, 500 nits de luminosité, le True Tone et un revêtement antireflet. Il devrait être excellent pour regarder des films, modifier des vidéos ou encore jouer.  

Toutefois, le problème que nous rencontrons concerne son réglage. Comme les anciens iMac, il est inclinable, mais il est impossible de le lever ou le baisser pour l'adapter à la hauteur de votre choix.  

Nous nous attendions à ce qu’Apple opère des changements à ce niveau...

L'absence de fonctionnalités phares

L’inclusion de son cordon d'alimentation magnétique est une bonne idée, mais il n'apporte rien de plus à l'expérience.

Nous aurions aimé qu’Apple crée la surprise, notamment en proposant une borne de recharge sans fil intégrée, un écran détachable ou encore une compatibilité avec l'Apple Pencil... de quoi lui offrir une certaine ergonomie.  

Un beau design, mais inabouti  

Lorsque vous posez les yeux sur le nouvel iMac pour la première fois, il est certainement remarquable.

Ses couleurs, ses bords fins, son esthétique minimaliste sont très agréables. Néanmoins, quand on prend un peu de recul, il n'est pas si différent du modèle qu'il remplace.  

Notre plus gros problème concerne le “menton”, soit sa partie inférieure. En effet, pour rendre l'iMac si incroyablement fin (11,5 mm seulement), Apple a dû placer la carte logique sous l'écran. Ainsi, bien qu'il y ait moins d'espace vide et qu'il soit plus coloré, il y a toujours un menton sous l'écran.

De plus, nous ne sommes pas sûrs de comprendre pourquoi Apple a opté pour des bords blancs plutôt que noirs. 

 

Le manque de ports   

Sur ses derniers iPhone et MacBook, Apple a délibérément choisi de changer ou supprimer des ports essentiels. Une fois n’est pas coutume, aujourd’hui il en va de même pour l'iMac.  

Cependant, si nous comprenons pourquoi la firme décide de réduire sa connectique sur ses appareils portables pour les rendre plus légers et plus fins, cela a moins de sens sur son ordinateur de bureau.  

Alors que le modèle précédent disposait de quatre ports Thunderbolt 3 (USB-C), de quatre ports USB-A, d'un port Ethernet gigabit et d'un emplacement pour carte SDXC, le nouveau ne dispose que de deux ou quatre ports USB-C, avec un port Ethernet intégré à l'adaptateur d'alimentation. Par conséquent, nous devrons nous fournir d'un hub ou d'un dongle pour connecter des accessoires plus anciens...

Le Face ID aux abonnés absents  

Le Touch ID sur le Magic Keyboard est une technologie que nous souhaitons depuis des années, et nous sommes heureux de la voir arriver sur le clavier de l’iMac.  

Néanmoins, nous ne pouvons nous empêcher d'y voir une occasion manquée pour le Face ID, pourtant plus simple et plus sûre.  

Lorsque nous avons appris que l'iMac allait enfin être doté d'une caméra frontale 1080p améliorée, nous étions persuadés qu'il s'agissait d'une caméra TrueDepth pour Face ID, mais cela n’a malheureusement pas été le cas.

Cet article est une adaptation de l'original publié sur notre site sœur MacWorld US.