Le 18 octobre, un mois et demi après la sortie des iPhone 14, Apple a lancé de nouveaux modèles d'iPad Pro et un iPad standard redessiné et avec des prix revus à la hausse dans le monde entier, sauf aux États-Unis. Dans la zone euro, par exemple, il faut désormais compter 445 € de plus pour obtenir un iPad Pro.

Les augmentations sont liées aux fluctuations monétaires, toutes les devises ayant perdu de leur valeur par rapport au dollar au cours des derniers mois. Même si ce n'est pas surprenant, elles sont particulièrement difficiles à accepter à un moment où le coût de la vie augmente lui-aussi.

Le fait qu'il n'y ait pas eu de hausse outre Atlantique, malgré les conséquences financières des divers problèmes d'approvisionnement et de production rencontrés, pourrait laisser penser qu'Apple donne la priorité à son marché national, en augmentant les prix à l'étranger afin de maintenir la stabilité du coût en dollars.

Si les prix américains actuels sont ajustés en fonction de la devise et si les taxes locales sont ajoutées, vous obtenez des chiffres qui sont beaucoup plus proches de ceux à l'étranger.

Sur son iPad d'entrée de gamme, la firme semble avoir pris un coup afin de minimiser l'inflation, alors que les modèles iPad Pro profite d'une augmentation au-delà de tout ce qui peut être expliqué par les conversions monétaires. Cela pourrait être lié au prix des affaires dans chaque pays ainsi qu'à d'autres facteurs, tels que le prix élevé du carburant et le coût de l'importation de biens en provenance de Chine et d'ailleurs.