Test de l’Apple Watch Ultra : un créneau presque parfait

Chez Apple Park, l’année 2022 a été celle du produit haut de gamme, l’entreprise poussant agressivement les clients vers les versions Pro de l’iPhone et des AirPods. L’Apple Watch a elle aussi son produit phare et, cette fois, elle offre des fonctionnalités supplémentaires, en plus d’être fabriquée dans un matériau coûteux.

Toutefois, l’Apple Watch Ultra est une proposition différente de l’iPhone 14 Pro et des AirPods Pro. Elle n’est pas une mise à niveau directe pour laquelle vous payez plus pour ajouter des améliorations. C’est en fait un appareil niche que certains vont adorer, mais que la plupart devraient absolument ne pas prendre ne compte.

Design et confort

La Ultra est considérablement plus grande que toutes les Apple Watch précédentes. Elle est presque deux fois plus lourde que la Series 8 de 41 mm et 19 % de plus que sa version de 45 mm. Avec ses 14,4 mm, elle est environ 35 % plus épaisse que le boîtier standard de 10,7 mm de toutes les Apple Watch à partir de la Series 4. Il ne faut pas oublier que la Ultra n’existe qu’en titane de 49 mm, aucun autre choix n’est proposé. 

C’est peut-être parce que nous avons porté les tailles 44 mm et 45 mm des Apple Watch précédentes, mais nous n’avons pas trouvé le poids supplémentaire notable. Parfois, lorsque nous portions le bracelet légèrement desserré, nous pouvions ressentir l’élan supplémentaire lorsqu’il se déplaçait, mais pas pour lever le bras. Apple a fait un bon travail pour masquer ce poids. 

Par contre, nous étions bien plus conscients de l’épaisseur du boîtier. D’une part, il est plus susceptible de se coincer si vous le portez sous une manche, ce qui est légèrement embêtant lorsque vous essayez de vérifier subtilement une notification. Cela peut également être très gênant si vous dormez, avec le bras portant la montre sous l’oreiller. Compte tenu de la longue autonomie, il est dommage que pour certains, cette montre ne soit pas le meilleur outil de suivi du sommeil. 

Il convient de souligner que la Ultra n’est pas vraiment conçue pour une utilisation en ville/hybride, en effet les fabricants l’ont imaginée attachée à une combinaison de plongée, et non sous une veste légère. En outre, la généreuse autonomie est faite pour durer plusieurs jours de randonnée, et non pour le suivi du sommeil. Mais, ces observations valent surtout pour ceux ayant en tête une usage de type Series 8 et qui s’attendent à un appareil physiquement identique. Ce n’est pas le cas.

Un écran (légèrement) plus grand et de meilleure qualité

Bien sûr, l’encombrement supplémentaire apporte des avantages. Outre la batterie, ce design massif signifie que l’écran est plus grand, même si ce n’est pas le cas proportionnellement en raison des bords en métal très résistants. Vous bénéficiez d’environ 4 % de surface d’affichage supplémentaire et de 7 % de pixels additionnels que sur le Series 8 de 45 mm. (Ces chiffres sont respectivement de 31 et 36 % par rapport au modèle de 41 mm). Cela signifie que l’interface est plus facile à lire et que les cadrans de montre peuvent inclure davantage de complications sans perdre en lisibilité ou être trop compliqués à user. Nous avons utilisé et nous recommandons le cadran Wayfinder exclusif à la Ultra, qui peut accueillir huit complications.

L’écran de l’Ultra est également davantage lumineux en comparaison aux autres Apple Watch. Il offre, selon Apple, jusqu’à 2000 nits, soit le double de la Series 8. La différence est évidente lorsque les deux appareils ont été placés côte à côte.

La solidité

Les mêmes facteurs qui augmentent la taille de la Ultra contribuent à sa robustesse, qui surpasse celle de ses prédécesseurs. Sur le papier, au moins, c’est un appareil qui peut résister à de sérieux chocs. Nous n’avons pas activement essayé d’endommager la Ultra, mais nous ne l’avons pas non plus dorlotée, et après trois semaines de test, il n’y a pas une seule rayure ou endommagement quelconque.

Elle est dotée du même indice d’étanchéité IP6X que les Series 7 et 8, mais elle a également subi des tests d’altitude, de température élevée et basse, de choc thermique, d’immersion, de gel/dégel, de choc et de vibration conformément à la norme militaire MIL-STD 810H. Alors que la Series 8 est étanche jusqu’à 50 mètres, la Ultra l’est jusqu’à 100 mètres, et à la déclaration d’étanchéité à la nage de la Series 8, la Ultra ajoute une certification EN13319 (la même que celle des accessoires de plongée). Ceci permet à Apple d’affirmer que l’appareil peut être utilisé pour la plongée récréative jusqu’à 40 mètres. Si l’on tient compte du fait que deux des trois bracelets fournis ont tendance à retenir l’eau, il s’agit d’une montre de plongée avec d’excellentes références.

Si vous craignez les dommages physiques, l’écran est protégé des chocs par des bords légèrement surélevés. La couronne numérique est fortifiée par un module surélevé, ce qui aide aussi de repérer plus facilement le bouton latéral lorsque vous portez des gants, par exemple.

Des changements et des détours - le nouveau bouton

En parlant de boutons, il y en a un nouveau sur le côté opposé de la couronne numérique. La fonction déclenchée par ce bouton d’Action peut être sélectionnée parmi une liste de sept options (entraînement, chronomètre, point de cheminement, retour en arrière, plongée, torche et raccourci). Toutefois, pour plusieurs d’entre elles, il est possible de personnaliser davantage l’application désirée, l’entraînement, le raccourci, etc.

C’est avec la personnalisation placer un repère, marquer un point de repère, démarrer une plongée que le bouton Action va vraiment gagner sa place. Comme il s’agit d’actions à pression unique, appuyer sur le bouton orange est bien plus rapide que de manipuler les menus à l’écran.

En ville, nous nous en sommes servis pour lancer des séances d’entraînement, ce qui n’est pas un gain de temps considérable par rapport à l’utilisation du Dock pour accéder rapidement à l’application Entraînement. Pour nous, il s’agit donc d’une fonctionnalité plutôt agréable à avoir” et non d’une fonctionnalité “indispensable”.

En fait, pour certains, ce bouton peut s’avérer plus problématique qu’il ne l’est, puisqu’il nous est arrivé à plusieurs reprises de déclencher accidentellement une séance d’entraînement, sans nous en rendre compte. Les propriétaires d’Apple Watch sont habitués à ce que toutes les commandes soient placées sur le côté droit de l’écran. Alors qu’avec la Ultra, cette partie de la mémoire musculaire risque de déclencher une action erronée.

Ce problème s’est atténué au fur et à mesure que nous nous sommes habitués à la Ultra, cependant, et dans l’ensemble, nous sommes contents de la présence de ce bouton Action. Nous soupçonnons qu’il n’a été ajouté que sur la base de l’esthétique plutôt que de la facilité d’utilisation, et une fois l’habitude prise à ce nouveau design, il ne s’avérera que positif.

À présent Apple peut réfléchir à différentes fonctions que les utilisateurs peuvent associer au bouton, d’ailleurs, vous avez toujours la possibilité de le désactiver entièrement. 

Bataille de bandes

Une dernière chose mérite d’être abordée avant de laisser de côté l’aspect physique des choses, à savoir la gamme de bracelets proposés avec la Ultra. Aucun modèle n’est aussi attrayant que le bracelet sport classique des Apple Watch précédentes, qui est élégant, étanche et raisonnablement aisé à mettre et à retirer.

La Boucle Trail est familière, il s’agit d’un bracelet en velcro d’apparence simple qui ressemble beaucoup au bracelet Sport de la Series 8, avec l’ajout d’une languette. Il est confortable et facile à régler, mais il absorbe, retient, et par la suite rejette progressivement l’eau si vous le portez sous la douche.

La Boucle Alpine, que nous avons testée, a un aspect extérieur et résistant similaire à celle de la Boucle Trail, et la même fâcheuse habitude d’absorber l’eau. Cependant, là où la Alpine fait particulièrement défaut, c’est qu’elle est très difficile à mettre et à enlever. Le fermoir est difficile à accrocher et à décrocher, tandis que la section double face près du corps de la Ultra est peu encline à passer par l’ouverture.

La dernière option, la Boucle Océan en silicone conçu pour les nageurs et les plongeurs, est la seule adaptée à l’immersion. Mais, elle a un look très particulier et un mécanisme de fermeture compliqué.

Dans l’ensemble, la Alpine a été la moins satisfaisante de notre expérience avec l’Apple Watch Ultra. La Trail est probablement le meilleur d’un groupe décevant, mais c’est aussi, malheureusement, la moins colorée. Le bon côté des choses, c’est que la Ultra est compatible avec les bracelets de 44 mm et 45 mm, ce qui vous permet de recycler un bracelet Sport d’une autre Watch ou d’en acheter un nouveau.

Sachez toutefois, comme le prévient Apple, que le châssis étant plus large chez la Ultra cela signifie que certains bracelets seront légèrement différents et que vous devriez les essayer avant de les acheter, si possible.

Hardware et fonctionnalités

Les fonctionnalités de la Ultra sont identiques à la Series 8, les utilisatrices peuvent bénéficier du suivi des cycles grâce au nouveau capteur de température et de la détection des collisions. 
La Ultra dispose aussi du même processeur (S8), elle offre des performances de haut niveau sans être sensiblement plus rapide que la S7 de la Series 7 ou que la S6. On y retrouve la puce sans fil (W3) de la Series 8 et de la SE 2022, ainsi que la connectivité LTE.

Toutefois, comme il s’agit d’un produit haut de gamme, les fabricants ont ajouté quelques extras absents des autres Apple Watch. À titre d’exemple, au lieu d’un seul haut-parleur, vous en avez deux et vous avez non pas un mais trois micros. Ces haut-parleurs servent à faire retentir une sirène de 86 décibels si vous vous perdez et/ou si vous avez besoin d’aide.

Vous devriez cependant avoir moins de chances de vous perdre, grâce au GPS amélioré qui est également inclus. Il est basé sur des fréquences doubles : L1 et L5, par opposition au GPS L1 uniquement proposé sur les autres Watch actuelles. Apple affirme que cela permet d’obtenir une précision “incroyable”. Enfin, la Ultra s’adresse aux plongeurs et aux nageurs avec une jauge de profondeur, qui s’active automatiquement lorsque vous vous immergez, et un capteur de température de l’eau.

Autonomie et chargement 

Comme la Ultra a une batterie de plus grande capacité, Apple se vante d’offrir jusqu’à 36 heures d’autonomie, soit le double des 18 heures standard promises pour tous les autres modèles.

Pour justifier l’optimisme d’Apple, l’Ultra a passé nos tests de batterie avec brio, elle a atteint 72,5 heures, frôlant les trois jours.

Les performances de la batterie de la Ultra ne sont pas seulement supérieures à celles de la Series 8, mais aussi celles de ses prédécesseurs, qui n’ont pourtant pas la capacité de faire un suivi du sommeil.

Néanmoins, la Ultra prend plus de temps à se recharger que la 8, même si elle est conçue pour une charge rapide. Alors que la Series 8 a atteint 43 % après 30 minutes et 73 % après une heure complète, la Ultra n’a atteint que 31 % et 65 %, respectivement.

Prix et disponibilité

L'Apple Watch Ultra coûte 999 €, ce qui est très cher et ce peu importe la boucle choisie. Aussi, rappelez-vous qu’elle intègre sans d’autre alternative la connectivité GPS + Cellulaire.

Si vous pratiquez un sport extrême mais que votre budget ne vous permet pas cette dépense alors, vous pouvez vous tourner vers un modèle Garmin ou Polar. Bien que n’ayant pas le système watchOS, elles fonctionnent très facilement avec un iPhone, où l’app accompagnatrice sera installée. De très bons modèles spécifiquement conçus pour la plongée ou le multisports sont proposés, et ce à un prix inférieur, sans conmpter que les montres de Garmin ont un style hybride sport/citadin. Elles peuvent être portées à toute occasion.

Conclusion, devriez-vous acheter une Apple Watch Ultra ? 

La Ultra est un produit formidable mais niche, si vous correspondez à cette niche alors oui pourquoi pas.

Son autonomie n’est pas celle d’une Garmin, mais c’est une grande avancé par rapport aux gadgets connectés grand public d’Apple et c’est suffisant pour en faire une proposition sérieuse pour les randonneurs et les athlètes extrêmes.

Son écran lumineux est un plaisir à utiliser en plein air, et sa conception robuste vous donne plus d’assurance dans vos activités, sans avoir peur de la briser. Le bouton Action est agréable pour les utilisateurs portant des gants par exemple, et d’excellents équipements et améliorations physiques font de cette montre un excellent accompagnateur de plongée.

Combinez ces améliorations avec les avantages existants (watchOS, une solide gamme d’applications tierces et l’intégration à l’écosystème d’Apple) et vous obtenez un sérieux concurrent à Garmin.

Ce que la Ultra n’est pas, cependant, c’est une édition premium de l’Apple Watch. En effet, les mises à niveau et les modifications mentionnées ci-dessus ont des inconvénients, et si vous n’avez pas l’intention de faire de la plongée, de la voile, de la randonnée ou de la spéléologie alors elle ne vous sera d’aucune utilité et ses avantages vous seront des inconvénients.

Vous découvrirez qu’elle s’accroche aux manches de votre veste, qu’elle est inconfortable au lit, qu’elle déclenche des actions par erreur et, surtout, qu’elle coûte cher.

En revanche, si vous recherchez une montre d’action volumineuse, dotée d’une bonne autonomie et d’un ensemble de fonctionnalités solides, c’est un excellent choix à un prix raisonnable.

Adaptation du test original effectué par David Price et paru sur notre site sœur Macworld.com.

Fiche technique :

  • Boîtier de 49 mm
  • Adaptée à la natation
  • Résistance à la poussière IP6X
  • Certification MIL-STD 810H
  • Bouton Action
  • Écran Retina toujours activé
  • App Oxygène sanguin
  • App ECG
  • Notifications de fréquence cardiaque élevée ou faible
  • Notifications d’arythmie
  • Capteur de température
  • Suivi de cycle
  • Appel d’urgence
  • Détection des chutes
  • Détection des accidents
  • Sirène de 86 décibels pour attirer l’attention
  • Connectivité cellulaire
  • Boucle Alpine, Océan et Trail
  • 999 €

Prix disponible(s)

Vendeurs Prix Livraison  

Comparaison de prix de plus de 24 000 magasins dans le monde